Le vrai prix est rarement celui que l’on paie

En déambulant dans les rayons d’un supermarché, on remarque en un clin d’oeil que la plupart du temps les produits biologiques sont nettement plus chers que leurs équivalents en agriculture conventionnelle. Même constat pour les produits venant de l’autre bout du monde, qui ont souvent un prix bien inférieur à leurs équivalents produits localement. Mais payons-nous réellement le vrai prix de ce que nous achetons ?

Actuellement, le marché ne tient pas compte du coût environnemental et social des produits, appelé dans le jargon économique “externalité négative”.

Et si un mécanisme permettait de changer la donne ? Et si nous faisions en sorte que le “bon choix” (le meilleur pour la planète et la société) soit aussi le plus économique ?

Par exemple, par la réglementation et l’éco-fiscalité, nous pourrions réajuster les prix des produits en vente. Et, plus les consommateurs opteront pour les produits les plus vertueux, plus leur prix deviendront abordables, par économie d’échelle.

D’autant plus que les externalités négatives (pollution, perte de biodiversité, coût de santé…) ont un prix. Elles sont payées par les taxes et impôts du contribuables.

Alors qu’en dites-vous de revenir à la source du problème en donnant aux produits leurs justes prix ?

Mieux vaut prévenir que guérir  wink

Newsletter