Les Dessous de l’Alimentation Bio

“L’idée de ce livre n’était pas de faire la promotion d’un modèle. Nous voulions explorer ce qui peut nous permettre de vivre mieux, sans faux-semblants ni faux espoirs. Mettre tout sur la table.

Pour cela nous avons questionné « la » Bio. En ne lui passant rien de ce qui pourrait la faire échouer. Nous avons interviewé Claude Gruffat pour qu’il réponde sans tabou à toutes les questions, les aprioris, les doutes, les nôtres et ceux des internautes.

Il est fils d’agriculteur, président de Biocoop depuis 2004 (un écosystème de producteurs, consommateurs, associations et magasins, issu du mouvement des années 60). Pour la préface nous avons  interviewé Marie-Monique Robin, femme engagée de longue date, son expertise documentée et sa générosité nous ont également été précieuses.

Avant de parler de « nourrir le monde », posons-nous cette question : nos terres peuvent-elles nous nourrir ? À qui appartiennent- elles ? Et les semences ? L’agriculture conventionnelle qui stérilise nos terres, tue les pollinisateurs, pollue notre eau, peut-elle survivre sans subventions ? Est-ce que cela convient aux agriculteurs en mal-être ?

Et le bio est-ce une solution viable ? Comment discerner le vrai du faux bio ? Le bio industriel est ce la solution ? Ou un leurre ?… Autant de questions auxquelles les prochains États généraux de l’Alimentation devraient répondre.

 

Questionner l’alimentation bio, c’est parler sécurité alimentaire, santé, nutrition, prix, agriculture… de nos vies, de nos choix de société.

« Pour avoir les mêmes qualités nutritives qu’une pomme avant les années 60, il faut en manger 6 aujourd’hui. » Ce livre démontre techniquement les non-sens du modèle actuel. Il interpelle sur notre vulnérabilité alimentaire. On découvre qu’il y a LA Bio et LE bio. La Bio c’est tout un modèle, des choix éthiques, sociaux, écologiques, de bon sens, ce n’est pas qu’un produit conçu selon un règlement européen sous influences de lobbys.

Claude Gruffat aborde ce qui menace la qualité nutritionnelle de notre alimentation, notre santé, notre autonomie. Les semences conventionnelles sont dépendantes des pesticides, les autres sont interdites. Et demain ? Et si seule la Bio assurait la sécurité, un vrai projet politique, résilient, ambitieux, humain ? Et si la Bio était un projet de société, non pas un marché ou le choix de quelques-uns, mais notre seule voie d’avenir ? Une magnifique voie…”

“Les trois plus beaux métiers du monde sont aviateur, écrivain et paysan”

“Les trois plus beaux métiers du monde sont aviateur, écrivain et paysan.” Saint-Exupéry

“Mon caddie a fait cinq fois le tour du monde !”

Les articles qui remplissent le caddie d’une ménagère européenne ont parcouru plus de 200 000 km en moyenne. Solution de circuits courts.

La conversion à l’agriculture biologique, une solution pour stocker du carbone

La conversion à l’agriculture biologique permet d’améliorer la capacité du sol à stocker du carbone. Séquestration de carbone dans le sol

89 rue de l’Eglise
75015 Paris

Contactez-nous

Devenir grappeur

Rejoindre eloi

Recevoir notre newsletter

Mentions légales

Newsletter