Rémunérer les agriculteurs pour la réduction de leur empreinte carbone

Rémunérer les agriculteurs pour la réduction de leur empreinte carbone, tel est le nouveau projet “Carbon Agri” validé par l’Etat. Une méthode de calcul de la réduction de l’empreinte carbone des élevages va permettre de rémunérer les éleveurs pour leurs efforts contre le changement climatique. Ils pourront dès lors vendre leurs crédits carbone à des entreprises ou collectivités. L’objectif est d’encourager les pratiques agricoles favorisant la séquestration de carbone dans les sols agricoles.L’éleveur pourra dès lors obtenir le label bas carbone et négocier avec des opérateurs qui veulent racheter du carbone.

Une ferme type pourrait réduire son impact carbone de 400 tonnes sur l’ensemble du programme sur 4-5 ans. Les agriculteurs seront certifié par CAP’2ER et pourront appliquer d’un plan d’action bas carbone adapté à leur exploitation. De nombreux leviers techniques pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (gestion du troupeau et de l’alimentation, optimisation des intrants, gestion des déjections animales…) et l’augmentation du stockage de carbone (implantation de prairies temporaires et de couverts végétaux, plantation et gestion des haies…) sont ainsi proposés aux éleveurs pour réduire l’empreinte carbone du lait et de la viande. La méthodologie CARBON AGRI propose un cadre basé sur le suivi de l’intensité carbone (kg CO2/kg de produit). Elle s’appuie ainsi sur la réalisation d’un diagnostic CAP’2ER niveau 2 en début et en fin de projet, parallèlement à la mise en œuvre de mesures d’accompagnement des producteurs.

Son application à l’échelle de l’exploitation permet ainsi de comptabiliser la réduction des émissions de GES suite à l’application d’une ou plusieurs pratiques d’élevage et culturales. Grâce à une approche multi-leviers, ce sont plus de 40 pratiques bas carbone qui peuvent être actionnées par les exploitants. Ces leviers concernent six sources d’émissions, à savoir la gestion et l’alimentation du troupeau, la gestion des déjections animales, la gestion des cultures, la consommation d’engrais, d’aliments et d’énergie, ainsi que la séquestration de carbone par les sols et la biomasse.

Chez eloi, nous soutenons ces pratiques d’élevage durable et facilitons l’installation des éleveurs au sein de grappes de fermes agroécologiques.

Un confinement aux saveurs d’automne

Le confinement offre une nouvelle occasion de redécouvrir les légumes de saison et de soutenir nos producteurs locaux.

Des investissements trop lourds

En quelques années les montants des actifs et la taille des structures ont explosé, comment aider ces jeunes agriculteurs à se financer ?

Un cheptel additionnel, l’équivalent de 70 moutons par hectare

Un cheptel additionnel équivalent à 70 moutons par hectare. Mais de quel cheptel peut-on bien parler ?

89 rue de l’Eglise
75015 Paris

Contactez-nous

Devenir grappeur

Rejoindre eloi

Recevoir notre newsletter

Mentions légales

Newsletter