Souveraineté alimentaire, oui mais donnons-nous les moyens !

Le souhait de développer une autonomie alimentaire en Europe, alimenté par la crise du Covid, ne se réalisera pas en un claquement de doigt. Des mesures politiques doivent être prises pour permettre aux agriculteurs d’assurer la viabilité de leur exploitation.

« Le marché agricole mérite une régulation spécifique appropriée, y compris dans le cadre du marché unique européen, pour garantir un revenu convenable aux producteurs et assurer ainsi l’autonomie alimentaire de l’Europe. » explique Jean Bizet dans un rapport d’information sénatorial du 16 juillet 2020.

Il faut donc considérer l’agriculture comme une activité économique différente des autres et mettre en place une régulation spécifique du marché agricole. Parler encore du droit à la concurrence en agriculture devient totalement déraisonné.

Aux Etats-Unis, depuis 1922, les producteurs sont autorisés à se regrouper et à fixer des prix communs de cession pour leurs produits agricoles. Cette mesure, qui s’est avérée être efficace aux US, a inspiré la commission du Sénat qui a adopté en mai 2020, une proposition de résolution européenne faisant valoir la priorité aux objectifs de la PAC sur ceux de la concurrence.

Il est grand temps que les producteurs reprennent le pouvoir dans les négociations et puissent enfin décider du juste prix et se garantir une rémunération couvrant a minima leurs coûts de production.

Newsletter